Liens

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» Quelle adhésion choisir ?
Ven 13 Oct 2017 - 19:55 par Administrateur

»  Tour d'horizon des mesures ayant trait aux prestations familles et vieillesse dans le PLFSS 2018.
Ven 6 Oct 2017 - 19:36 par Administrateur

» Décret n° 2017-1398 du 25 septembre 2017 portant revalorisation de l'indemnité légale de licenciement
Mer 27 Sep 2017 - 19:47 par Administrateur

» Circulaire RAM -JUILLET 2017
Mer 27 Sep 2017 - 19:29 par Administrateur

» Qu’est-ce que la stratégie nationale de santé ?
Jeu 21 Sep 2017 - 22:19 par Administrateur

» Les contrats de travail édition 2017-2018 sont disponible à la vente
Sam 16 Sep 2017 - 21:33 par Administrateur

» Communiqué
Dim 10 Sep 2017 - 10:50 par Administrateur

» Arrêté du 21 juillet 2017 liste des organisations syndicales reconnues représentatives
Dim 10 Sep 2017 - 10:14 par Administrateur

» L'obligation de formation des accueillants familiaux
Mar 27 Juin 2017 - 10:48 par Administrateur

» Arrêté du 1er juin 2017 modifiant l'article 1er de l'arrêté du 4 mai 2017 portant extension d'un accord cadre interbranche conclu dans les branches professionnelles des assistants maternels du particulier employeur (n° 2395) et des salariés du particulier
Sam 17 Juin 2017 - 16:14 par Administrateur

» Nouveau ministre de l'enfance et la famille relèveront de la Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn
Ven 26 Mai 2017 - 13:05 par Administrateur

» Arrêté du 4 mai 2017 portant agrément de la convention du 14 avril 2017 relative à l’assurance chômage et de ses textes associés
Jeu 25 Mai 2017 - 9:31 par Administrateur

» PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE SALARIÉS DU PARTICULIER EMPLOYEUR
Sam 13 Mai 2017 - 11:44 par Administrateur

» ASSURANCE CHÔMAGE : CE QUI CHANGE À PARTIR DU 1er OCTOBRE 2017
Sam 13 Mai 2017 - 11:41 par Administrateur

» Qualification de redevable de la redevance d'enlèvement et de traitement des ordures ménagères
Sam 13 Mai 2017 - 9:24 par Administrateur

» Nouveauté 2017 Calendrier annuel -choisir son mois son année
Jeu 11 Mai 2017 - 21:02 par Administrateur

» Nouveauté 2017 Calcul de mensualisation et reste à charge employeur.xls
Jeu 11 Mai 2017 - 19:44 par Administrateur

» proposition de formation gratuite (MOOC) en vidéo
Jeu 11 Mai 2017 - 17:47 par Administrateur

» Pour les adhérents
Lun 8 Mai 2017 - 14:28 par Lenaik

» Formation gratuite sur le contrat de travail
Ven 5 Mai 2017 - 10:41 par Administrateur

» Election CCPD 44
Ven 5 Mai 2017 - 10:32 par Administrateur

» Accueillants familiaux : comment seront-ils formés ?
Jeu 20 Avr 2017 - 10:33 par Administrateur

» Régularisation
Ven 14 Avr 2017 - 14:09 par Administrateur

» A compter de la rentrée 2017, le certificat d'aptitude professionnelle (CAP) "petite enfance" cédera la place au nouveau CAP "accompagnant éducatif petite enfance"
Ven 14 Avr 2017 - 12:13 par Administrateur

» L’employeur doit délivrer l’attestation Pôle emploi au salarié démissionnaire
Sam 8 Avr 2017 - 11:53 par Administrateur

» Décret n° 2017-431 du 28 mars 2017 relatif au registre public d'accessibilité et modifiant diverses dispositions relatives à l'accessibilité aux personnes handicapées des établissements recevant du public et des installations ouvertes au public
Mar 4 Avr 2017 - 9:01 par Administrateur

» Imposition-2017-revenus-2016.xls
Jeu 30 Mar 2017 - 23:09 par Administrateur

» Déclaration des revenus : le calendrier 2017
Jeu 30 Mar 2017 - 23:03 par Administrateur

» GRANDE ENQUÊTE NATIONALE : bilan et perspectives de la protection de l'enfance
Jeu 30 Mar 2017 - 9:59 par Administrateur

» COMMENT PARLER AUX ENFANTS DES ATTENTATS ET DE LA VIOLENCE ?
Mar 28 Mar 2017 - 16:21 par Administrateur

» Cadre national pour l’accueil du jeune enfant
Dim 26 Mar 2017 - 19:28 par Administrateur

» Nouveau formulaire afin de saisir le Conseil des Prudhommes
Mar 21 Mar 2017 - 16:22 par Administrateur

»  Candidat à l’élection présidentielle
Lun 20 Mar 2017 - 11:52 par Administrateur

» Dépôt de candidature -Membre du bureau
Dim 19 Mar 2017 - 12:43 par Administrateur

» Durée de travail assistant maternel
Mar 14 Mar 2017 - 18:47 par Administrateur

» Résultats départementaux TPE 2016
Dim 12 Mar 2017 - 12:30 par Administrateur

» Résultats départementaux TPE 2016
Dim 12 Mar 2017 - 12:20 par Administrateur

» Aide juridictionnelle : plafonds de ressources 2017
Ven 10 Mar 2017 - 21:59 par Administrateur

» Rupture du contrat un samedi dimanche ou un jour férié ou chômé
Ven 10 Mar 2017 - 18:50 par Administrateur

» Fichier déclaration Impôt 2017 sur le revenu 2016
Jeu 9 Mar 2017 - 12:32 par Administrateur

» Le bulletin de salaire 2017
Mar 7 Mar 2017 - 21:33 par Administrateur

» plan interministériel de mobilisation et de lutte contre les violences faites aux enfants 2017-2019.
Ven 3 Mar 2017 - 11:40 par Administrateur

» Formation et vacances du salarié
Mar 28 Fév 2017 - 13:47 par Administrateur

» Faut-il inclure dans la moyenne des 3 ou 12 derniers mois, le montant de l’indemnité compensatrice de congés payés
Mar 28 Fév 2017 - 13:45 par Administrateur

» Calcul des congés au prorata
Mar 28 Fév 2017 - 13:44 par Administrateur

» stagiaire -assistant maternel-convention de stage
Mar 28 Fév 2017 - 13:41 par Administrateur

» Les 10% tous les mois pour les années incomplètes seraient illégaux?
Mar 28 Fév 2017 - 13:39 par Administrateur

» Nouveau Formulaire de l'agrément assistant (e) familial(e)
Mar 28 Fév 2017 - 9:51 par Administrateur

» Arrêté du 3 février 2017- nouveau formulaire agrément assistant(e) familial(e)
Mar 28 Fév 2017 - 9:46 par Administrateur

» Les services à la personne se structurent en filière
Mar 28 Fév 2017 - 9:41 par Administrateur

» Nouveau forum sécurisé à la disposition des non adhérents et adhérents
Ven 24 Fév 2017 - 15:39 par Administrateur

» Déterminer les heures complémentaires et supplémentaires
Ven 24 Fév 2017 - 14:00 par Administrateur

» Affichette recherche emploi
Ven 24 Fév 2017 - 13:59 par Administrateur

» Feuille de présence horaire
Ven 24 Fév 2017 - 13:58 par Administrateur

» Calendrier annuel
Ven 24 Fév 2017 - 13:57 par Administrateur

» Calendrier mensuel perpetuel
Ven 24 Fév 2017 - 13:56 par Administrateur

» Grille de présence hebdomadaire
Ven 24 Fév 2017 - 13:56 par Administrateur

» Indemnité de rupture 120ème 1/4 ème (Décret )
Ven 24 Fév 2017 - 13:54 par Administrateur

» Calcul des congés payés année incomplète ou année complète
Ven 24 Fév 2017 - 13:05 par Administrateur

» Bulletin de salaire 2017 sans commentaires
Ven 24 Fév 2017 - 13:02 par Administrateur

» Décret n° 2016-1594 du 24 novembre 2016 modifiant le décret n° 2016-1193 du 1er septembre 2016 fixant la période durant laquelle se déroule le scrutin TPE
Ven 24 Fév 2017 - 10:53 par Administrateur

» Résultats TPE 2012
Ven 24 Fév 2017 - 10:49 par Administrateur

» Mode d'emploi élection TPE 2016
Ven 24 Fév 2017 - 10:44 par Administrateur

» Eléction TPE-2016-ANAMAAF & SUPNAAFAM-UNSA soutiennent l'UNSA
Ven 24 Fév 2017 - 10:35 par Administrateur

» LOI n° 2010-625 du 9 juin 2010 relative à la création des maisons d'assistants maternels et portant diverses dispositions relatives aux assistants maternels (1)
Ven 24 Fév 2017 - 10:18 par Administrateur

» Nombre de détecteurs de fumée pour votre habitation
Ven 24 Fév 2017 - 10:10 par Administrateur

» Code de l'action sociale et des familles
Ven 24 Fév 2017 - 8:32 par Administrateur

» Arrêté du 19 août 2013 fixant le modèle de formulaire en vue de l'agrément des assistants maternels et la composition du dossier de demande d'agrément
Ven 24 Fév 2017 - 8:29 par Administrateur

» Décret n 2006-627 du 29 mai 2006 relatif aux dispositions du code du travail applicables aux assistants maternels et aux assistants familiaux
Ven 24 Fév 2017 - 8:25 par Administrateur

» LOI n° 2005-706 du 27 juin 2005 relative aux assistants maternels et aux assistants familiaux (1)
Ven 24 Fév 2017 - 8:24 par Administrateur

» CIRCULAIRE N°DSS/MCGR/DGS/2011/331 du 27 septembre 2011 relative à la rationalisation des certificats médicaux.
Ven 24 Fév 2017 - 8:22 par Administrateur

» Décret n° 2010-640 du 9 juin 2010 relatif au prêt à l'amélioration de l'habitat
Ven 24 Fév 2017 - 8:21 par Administrateur

» Décret n° 2003-1389 du 31 décembre 2003 relatif à la sécurité des piscines et modifiant le code de la construction et de l'habitation.
Ven 24 Fév 2017 - 8:20 par Administrateur

» Décret n° 2016-994 du 20 juillet 2016 relatif aux conditions d'échange et de partage d'informations entre professionnels de santé et autres professionnels des champs social et médico-social et à l'accès aux informations de santé à caractère personnel
Ven 24 Fév 2017 - 8:19 par Administrateur

» LOI n° 2010-625 du 9 juin 2010 relative à la création des maisons d'assistants maternels et portant diverses dispositions relatives aux assistants maternels (1)
Ven 24 Fév 2017 - 8:18 par Administrateur

» LOI no 92-642 du 12 juillet 1992 relative aux assistants maternels et assistantes maternelles et modifiant le code de la famille et de l'aide sociale, le code de la santé publique et le code du travail (1)
Jeu 23 Fév 2017 - 21:09 par Administrateur

» Décret n° 2015-1709 du 21 décembre 2015 relatif à la prime d'activité
Jeu 23 Fév 2017 - 21:08 par Administrateur

» Décret n° 2016-1639 du 30 novembre 2016 relatif à la commission pluridisciplinaire et pluri-institutionnelle d'examen de la situation des enfants confiés à l'aide sociale à l'enfance prévue à l'article L. 223-1 du code de l'action sociale et des familles
Jeu 23 Fév 2017 - 21:06 par Administrateur

» LOI n° 2016-297 du 14 mars 2016 relative à la protection de l'enfant (1)
Jeu 23 Fév 2017 - 21:05 par Administrateur

» Décret relatif au référentiel fixant les critères d'agrément assistants maternels
Jeu 23 Fév 2017 - 21:04 par Administrateur

» Décret n° 2004-1542 du 30 décembre 2004 relatif au contrat type prévu à l'article L. 442-1 du code de l'action sociale et des familles
Jeu 23 Fév 2017 - 21:01 par Administrateur

» Circulaire horaires atypiques
Jeu 23 Fév 2017 - 21:00 par Administrateur

» Décret -Silence de l' administration et agrément
Jeu 23 Fév 2017 - 19:27 par Administrateur

» Code Civil -Contrat modifications octobre 2016
Jeu 23 Fév 2017 - 19:26 par Administrateur

» CIRCULAIRE N° DSS/SD2B/2011/455 du 5 décembre 2011 relative au prêt destiné aux assistants maternels pour l'amélioration du lieu d'accueil de l'enfant.
Jeu 23 Fév 2017 - 19:23 par Administrateur

» Arrêté du 7 mars 2016 portant extension d'un accord et d'avenants conclus dans le cadre de la convention collective nationale des salariés du particulier employeur
Jeu 23 Fév 2017 - 14:43 par Administrateur

» Arrêté du 30 août 2006 relatif à la formation des assistants maternels
Jeu 23 Fév 2017 - 14:41 par Administrateur

» Arrêté du 23 février 2009 pris pour l'application des articles R. 131-31 à R. 131-37 du code de la construction et de l'habitation relatif à la prévention des intoxications par le monoxyde de carbone dans les locaux à usage d'habitation
Jeu 23 Fév 2017 - 14:39 par Administrateur

» Arrêté du 20 octobre 2016 fixant les modalités de transmission entre les départements, les organismes débiteurs des prestations familiales et le Centre national Pajemploi des informations relatives aux assistants maternels
Jeu 23 Fév 2017 - 14:37 par Administrateur

»  COMMISSION CONSULTATIVE PARITAIRE DEPARTEMENTALE (CCPD)
Mer 22 Fév 2017 - 21:07 par Administrateur

»  Arrêté du 24 octobre 2016 précisant les modalités de mise en œuvre de la parité au Conseil national de protection de l'enfance
Mar 21 Fév 2017 - 21:35 par Administrateur

» Arrêté du 18 octobre 2016 fixant le modèle de formulaire en vue de l'agrément des assistants maternels et la composition du dossier de demande d'agrément
Mar 21 Fév 2017 - 21:30 par Administrateur

» Décret n° 2016-961 du 13 juillet 2016au régime d'assurance chômage des travailleurs involontairement privés d'emploi
Mar 21 Fév 2017 - 21:23 par Administrateur

»  Loi modifié Article L421-3 du code de l'action social et des familles
Mar 21 Fév 2017 - 21:21 par Administrateur

» Décret n° 2016-1592 du 24 novembre 2016 portant modification des dispositions relatives au remboursement des prestations indûment versées par Pôle emploi
Mar 21 Fév 2017 - 21:16 par Administrateur

» Nécessaire développement des maisons d'assistants maternels
Mar 21 Fév 2017 - 21:08 par Administrateur

» Maisons d'assistants maternels fonctionnement. Nombre assistant(e)s maternel(le)s
Mar 21 Fév 2017 - 21:06 par Administrateur

» La protection contre le licenciement en cas d'accident de travail ne s'applique pas aux assistante maternelles de familiale du secteur PUBLIC
Mar 21 Fév 2017 - 21:03 par Administrateur

» Un salarié ne peut être licencié pour avoir engagé une action en résiliation judiciaire
Sam 18 Fév 2017 - 23:34 par Administrateur

Petites annonces
Partenariat

Une convention collective est applicable de plein droit dés son entrée en vigueur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une convention collective est applicable de plein droit dés son entrée en vigueur

Message par Administrateur le Sam 18 Fév 2017 - 22:55

Convention collective 
Appliquer les clauses de la Convention collective des assistants maternels est obligatoire, en particulier l'obligation de mensualiser le salaire.
"une convention collective est applicable de plein droit dès son entrée en vigueur"
"il appartient à l’employeur, fût-il un particulier, de se conformer aux dispositions de la convention collective applicable au contrat de travail dont il est signataire ; qu’en refusant à l’assistante maternelle le bénéfice de la mensualisation prévue par la convention collective, aux motifs inopérants que le modèle de contrat de travail utilisé n’avait pas encore intégré celle-ci et que la salariée n’en avait jamais demandé l’application, le Conseil de prud’hommes a violé l’article L. 2254-1 du Code du travail"
En savoir plus sur légifrance décision de l'un de nos adhérents.
--------

Références

Cour de cassation
chambre sociale
Audience publique du mardi 10 novembre 2009
N° de pourvoi: 08-43707 08-43735
Non publié au bulletin Cassation

Mme Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président
SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s)


Texte intégral

REPUBLIQUE FRANCAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS


LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :



Vu la connexité, joint les pourvois n° Y 08-43.707 et D 08-43.735 ;

Sur le pourvoi n° D 08 43.735 :

Attendu qu'une même personne, agissant en la même qualité, ne peut former qu'un seul pourvoi en cassation contre la même décision ;

Attendu que par déclaration adressée le 29 juillet 2008, Mme X... a formé contre un jugement du conseil de prud'hommes de Montargis rendu le 29 mai 2008 un pourvoi en cassation enregistré sous le n° D 08 43.735 ;

Attendu que Mme X... qui, le même jour, en la même qualité, avait formé contre la même décision un pourvoi enregistré sous le n° Y 08 43.707 n'est pas recevable à former un nouveau pourvoi en cassation ;

Sur le pourvoi n° Y 08 43.707 :

Attendu, selon le jugement attaqué, que Mme X... a été embauchée par M. et Mme Y... en qualité d'assistante maternelle, à compter du 1er février 2005 ; que le contrat a pris fin, le 20 octobre 2006 ; que Mme X... a saisi la juridiction prud'homale de demandes en rappel de salaire, délivrance de documents de fin de travail rectifiés, et à titre de dommages intérêts ;

Sur le premier moyen :

Attendu que Mme X... fait grief au jugement de l'avoir déboutée de ses demandes en paiement d'un rappel de salaire et de dommages intérêts pour résistance abusive, ainsi que de sa demande de délivrance d'un bulletin de paie et d'une attestation ASSEDIC conformes, alors, selon le moyen :

1°/ que l'acceptation du bulletin de paie sans protestation ni réserve n'emporte pas renonciation du salarié à réclamer, le cas échéant, le paiement de la rémunération lui restant due ; qu'en relevant pour considérer que l'assistante maternelle avait été remplie de ses droits tels que contractuellement prévus, que celle-ci n'avait contesté la base du salaire versé que 8 mois après la rupture de son contrat de travail, le conseil de prud'hommes a violé l'article L. 3243-3 du code du travail ;

2°/ que le conseil de prud'hommes a violé les articles 2277 du code civil et 3245-1 du code du travail, dont il résulte que l'action en paiement du salaire se prescrit par cinq ans ;

3°/ que le motif hypothétique équivaut à une absence de motif ; qu'en relevant pour considérer que le salaire versé était celui contractuellement prévu, "qu'il serait surprenant que Mme X... n'effectue pas la vérification du salaire versé par ses différents employeurs, ceux-ci n'étant que des employeurs occasionnels et, de ce fait, davantage susceptibles de commettre des erreurs", le conseil de prud'hommes a statué par un motif hypothétique en violation de l'article 455 du code de procédure civile ;

4°/ qu'en ne recherchant pas si les attestations du centre Pajemploi-Urssaf bien qu'elles ne mentionnaient pas le nombre d'heures de travail correspondant au salaire versé, permettaient l'identification précise du salaire horaire net versé par l'employeur, le conseil de prud'hommes a privé son jugement de base légale au regard de l'article R. 3243-1 du code du travail ;

5°/ qu'en présence d'une stipulation contractuelle fixant le montant du salaire horaire net, il appartient à l'employeur, qui invoque son caractère erroné, d'en rapporter la preuve ; qu'en l'espèce le conseil de prud'hommes a constaté que le montant de 2,14 euros avait été mentionné comme "salaire horaire net" sur les deux exemplaires originaux du contrat de travail ; qu'en reprochant à l'assistante maternelle de ne pas avoir produit les contrats la liant à ses autres employeurs pour prouver qu'elle pratiquait cette rémunération, la cour d'appel a inversé la charge de la preuve en violation des articles 1315 du code civil et L. 1221-1 du code du travail ;

Mais attendu qu'ayant relevé qu'il existait une contradiction dans les mentions portées sur les contrats originaux concernant le montant du salaire convenu, que les éléments de rémunération s'expriment toujours en brut, qu'un montant de 2,14 euros brut correspondait exactement à la valeur du salaire horaire minimum d'une assistante maternelle à la date de la signature des contrats, et qu'aucun service particulier n'était demandé à la salariée, le conseil de prud'hommes, interprétant souverainement la volonté des parties, abstraction faite des motifs critiqués par les trois premières branches du moyen, a estimé, sans inverser la charge de la preuve ni devoir procéder à une recherche que ses constatations rendaient inutile, que les parties étaient convenues d'un salaire horaire brut de 2,14 euros ; que le moyen n'est fondé en aucune de ses branches ;

Mais sur le second moyen :

Vu l'article 7 de la convention collective des assistants maternels et l'article L. 2254-1 du code du travail ;

Attendu que, pour rejeter la demande de la salariée en paiement d'un rappel de salaire et de dommages et intérêts pour résistance abusive, ainsi que sa demande de délivrance d'un bulletin de paie et d'une attestation ASSEDIC conformes, le jugement retient que, selon l'article 7 de la convention collective, en cas d'accueil régulier, pour assurer un salaire régulier au salarié, le salaire de base est mensualisé, que Mme X... n'a pas bénéficié de cette mensualisation alors qu'elle assurait l'accueil régulier de l'enfant même si cet accueil n'était pas à temps plein et n'avait pas d'horaire fixe, que cependant, il apparaît que cette convention collective n'était applicable que depuis le 1er janvier 2005, que le modèle de contrat utilisé par les parties n'avait pas encore intégré cet élément, que durant toute la durée du contrat Mme X... n'a jamais demandé l'application de la mensualisation, que percevoir un salaire régulier aurait certainement été apprécié par Mme X... mais il n'est pas contesté que toutes les heures d'accueil effectuées lui ont été rémunérées chaque mois, qu'elle n'en a donc pas subi de préjudice financier ;

Qu'en statuant ainsi, alors qu'il résultait de ses propres constatations que la méconnaissance des dispositions conventionnelles par l'employeur avait nécessairement causé un préjudice à la salariée, le conseil de prud'hommes n'a pas tiré les conséquences légales de ses constatations et a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

DECLARE IRRECEVABLE le pourvoi n° D 08 43.735 ;

Sur le pourvoi n° Y 08 43.707 :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, le jugement rendu le 29 mai 2008, entre les parties, par le conseil de prud'hommes de Montargis ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit jugement et, pour être fait droit, les renvoie devant le conseil de prud'hommes d'Orléans ;

Condamne M. et Mme Y... aux dépens ;

Vu l'article 700 du code de procédure civile, rejette la demande de Mme X... ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis pour être transcrit en marge ou à la suite du jugement cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, chambre sociale, et prononcé par le président en son audience publique du dix novembre deux mille neuf.

MOYENS ANNEXES au présent arrêt

Moyens produits au pourvoi n° Y 08 43.707 par la SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat de Mme X....

PREMIER MOYEN DE CASSATION

Il est fait grief au jugement attaqué D'AVOIR DEBOUTE la salariée, assistante maternelle agréée, de ses demandes en paiement d'un rappel de salaire et de dommages et intérêts pour résistance abusive, ainsi que de sa demande de délivrance d'un bulletin de paie et d'une attestation ASSEDIC conformes ;

AUX MOTIFS QUE sur les deux exemplaires originaux du contrat de travail, le montant de 2,14 euros dans la case « salaire net par heure » est porté, mais un seul indique ce même montant dans la case « salaire brut par heure » ; que Madame X... affirme avoir elle-même rempli la case « salaire net par heure » sur les deux exemplaires, mais nie avoir rempli la case « salaire brut par heure » ; que durant toute la période de validité du contrat, du 1er février 2005 au 20 octobre 2006, Madame X... a été rémunérée sur la base de 2,14 euros brut de l'heure ; qu'elle n'a jamais contesté cette base de rémunération avant le 26 juin 2007 soit 8 mois après la rupture du contrat ; que Madame X... exerce depuis plusieurs années son métier et que les époux Y... employaient pour la première fois une assistante maternelle ; qu'il serait surprenant que Madame X... n'effectue pas la vérification du salaire versé par ses différents employeurs, ceux-ci n'étant que des employeurs occasionnels et, de ce fait, davantage susceptibles de commettre des erreurs ; que l'attestation d'emploi établie par le centre pajemploi indique que les éléments pris en compte ont été fournis par l'employeur et ajoute clairement « Si certains éléments sont erronés, je vous invite à le signaler à votre employeur » ; que les éléments du salaire portés sur cette attestation permettent facilement de vérifier l'exactitude de la rémunération ; que le montant de 2,14 euros brut correspond exactement à ce calcul selon la valeur du SMIC à la date de la signature ;

ALORS D'UNE PART QUE l'acceptation du bulletin de paie sans protestation ni réserve n'emporte pas renonciation du salarié à réclamer, le cas échéant, le paiement de la rémunération lui restant due ; qu'en relevant pour considérer que l'assistante maternelle avait été remplie de ses droits tels que contractuellement prévus, que celle-ci n'avait contesté la base du salaire versé que 8 mois après la rupture de son contrat de travail, le Conseil de prud'hommes a violé l'article L. 3243-3 du Code du travail (ancien article L. 143-4) ;

ALORS D'AUTRE PART QUE DE CE CHEF ENCORE, le Conseil de prud'hommes a violé les articles 2277 du Code civil et 3245-1 du Code du travail (ancien article L. 143-14), dont il résulte que l'action en paiement du salaire se prescrit par cinq ans ;

ALORS DE TROISIEME PART QUE le motif hypothétique équivaut à une absence de motif ; qu'en relevant pour considérer que le salaire versé était celui contractuellement prévu, « qu'il serait surprenant que Madame X... n'effectue pas la vérification du salaire versé par ses différents employeurs, ceux-ci n'étant que des employeurs occasionnels et, de ce fait, davantage susceptibles de commettre des erreurs », le Conseil de prud'hommes a statué par un motif hypothétique en violation de l'article 455 du Code de procédure civile ;

ALORS DE QUATRIEME PART QU'en ne recherchant pas si les attestations du centre Pajemploi-Urssaf bien qu'elles ne mentionnaient pas le nombre d'heures de travail correspondant au salaire versé, permettaient l'identification précise du salaire horaire net versé par l'employeur, le Conseil de prud'hommes a privé son jugement de base légale au regard de l'article R. 3243-1 du Code du travail (ancien article R. 143-2) ;

ET AUX MOTIFS QUE si Madame X... pouvait effectivement demander une rémunération de 2,14 euros net et non brut, cette volonté commune des parties, en dehors de la case « salaire net par heure » remplie dans le contrat de travail, n'apparaît pas : pas de salaire brut indiqué alors que tous les éléments s'expriment en brut tant au chapitre « rémunération » du contrat qu'à celui de la convention collective, pas de service particulier pouvant justifier un salaire plus élevé ; qu'au surplus Madame X... ne produit pas de contrat avec d'autres parents prouvant qu'elle pratiquait cette rémunération ;

ALORS ENFIN QU'en présence d'une stipulation contractuelle fixant le montant du salaire horaire net, il appartient à l'employeur, qui invoque son caractère erroné, d'en rapporter la preuve ; qu'en l'espèce le Conseil de prud'hommes a constaté que le montant de 2,14 euros avait été mentionné comme « salaire horaire net » sur les deux exemplaires originaux du contrat de travail ; qu'en reprochant à l'assistante maternelle de ne pas avoir produit les contrats la liant à ses autres employeurs pour prouver qu'elle pratiquait cette rémunération, la Cour d'appel a inversé la charge de la preuve en violation des articles 1315 du Code civil et L. 1221-1 du Code du travail (ancien article L. 121-1).

SECOND MOYEN DE CASSATION

Il est fait grief au jugement attaqué D'AVOIR DEBOUTE la salariée, assistante maternelle agréée, de ses demandes en paiement d'un rappel de salaire et de dommages et intérêts pour résistance abusive, ainsi que de sa demande de délivrance d'un bulletin de paie et d'une attestation ASSEDIC conformes ;

AUX MOTIFS QUE selon l'article 7 de la convention collective, en cas d'accueil régulier d'un enfant, et pour assurer au salarié un salaire régulier, le salaire de base est mensualisé ; que Madame X... n'a pas bénéficié de cette mensualisation alors qu'elle assurait l'accueil régulier de l'enfant même si cet accueil n'était pas à temps plein et n'avait pas d'horaire fixe ; que cependant il apparaît que cette convention collective n'était applicable que depuis le 1er janvier 2005 ; que le modèle de contrat utilisé par les parties n'avait pas encore intégré cet élément ; que durant toute la durée du contrat Madame X... n'a jamais demandé l'application de la mensualisation ; que percevoir un salaire régulier aurait certainement été apprécié par Madame X... mais il n'est pas contesté que toutes les heures d'accueil effectuées lui ont été rémunérées chaque mois, qu'elle n'en a donc pas subi de préjudice financier ;

ALORS D'UNE PART QU'une convention collective est applicable de plein droit dès son entrée en vigueur ; qu'il résulte des constatations du jugement que la période d'exécution du contrat de travail a été comprise entre le 1er février 2005 et le 20 octobre 2006 (jugement p. 4 alinéa 10) ; que le Conseil de prud'hommes qui a relevé que la convention collective des assistants maternels était applicable à compter du 1er janvier 2005, n'a pas tiré les conséquences légales de ses constatations en violation de l'article L. 2254-1 du Code du travail (ancien article L. 135-2);

ALORS D'AUTRE PART QU'il appartient à l'employeur, fût-il un particulier, de se conformer aux dispositions de la convention collective applicable au contrat de travail dont il est signataire ; qu'en refusant à l'assistante maternelle le bénéfice de la mensualisation prévue par la convention collective, aux motifs inopérants que le modèle de contrat de travail utilisé n'avait pas encore intégré celle-ci et que la salariée n'en avait jamais demandé l'application, le Conseil de prud'hommes a violé l'article L. 2254-1 du Code du travail (ancien article L. 135-2);

ALORS DE TROISIEME PART QUE la mensualisation du salaire a pour objet de garantir au salarié le versement d'un salaire régulier et fixe, indépendamment du nombre d'heures effectuées chaque mois ; que la privation d'une telle garantie cause à elle seule un préjudice au salarié, indépendamment de la question du montant du salaire global versé, qui n'est pas en cause ; que le Conseil de prud'hommes, en énonçant que la perception d'un salaire régulier aurait certainement été appréciée par Madame X..., a caractérisé le préjudice résultant de la non application de la mensualisation prévue par la convention collective ; qu'en relevant qu'aucun préjudice n'était résulté de l'absence de mensualisation du salaire dès lors que toutes les heures effectuées avaient été payées, le Conseil de prud'hommes a statué par un motif inopérant, et n'a pas tiré les conséquences de ses constatations en violation de l'article 7 de la convention collective des assistants maternels, et de l'article L. 2254-1 du Code du travail (ancien article L. 135-2) ;

ALORS ENFIN ET EN TOUTE HYPOTHESE QUE l'article 7 de la convention collective des assistants maternels prévoit que s'ajoute au montant du salaire brut de base versé tous les mois, la rémunération des congés payés acquis pendant la période de référence calculée selon les modalités fixées par l'article 12 de la convention; que le Conseil de prud'hommes a relevé, pour retenir que la non-application de l'article 7 n'avait occasionné aucun préjudice, que toutes les heures effectuées avaient été payées à l'assistante maternelle ; qu'en ne constatant pas que la salariée avait été remplie de ses droits au titre des congés payés, le Conseil de prud'hommes a violé les articles 7 et 12 de la convention collective précitée, ensemble l'article L. 2254-1 du Code du travail (ancien article L. 135-2).



Analyse

Décision attaquée : Conseil de prud'hommes de Montargis , du 29 mai 2008

Administrateur
Admin
Admin

Points : 520
Date d'inscription : 09/02/2017

http://forums-adherents.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum